Enseigner la France et ses territoires.

Publié le par EDG-E

Enseigner la France et ses territoires.

Tel est l'intitulé du parcours pédagogique auquel je me suis invitée vendredi 3 Octobre, à l'occasion du 19ème Festival International de Géographie qui, comme tous les ans, se tenait à St Diè (des vosges pour ceux qui ne connaissent pas suffisament leur France).
C'était une grande première pour moi et je ne savais pas réellement à quoi m'attendre. J'avoue que de prime abord, le titre ne m'inspirait guerre (et j'insiste sur le "guerre"...).
J'affectionne assez peu la notion de "territoire", encore moins quand elle est précédée d'un possessif. Et le mot "France" est loin de suciter en moi un élan patriotique sucéptible de réchauffé mon coeur alors bien refroidi par l'automne déodatien.

3 inspecteurs généraux nous faisaient face. C'est eux qui, avec les autres membres du groupe "Histoire et Géographie" avaient été chargés par le gouvernement de la rédaction des nouveaux programmes.

Celui du centre prit la parole en premier.

Le ton alarmiste, le front plissé, les sourcils froncés, il constatait : "Nos élèves (décidémment, ils aiment les possessifs ici) ont de véritables lacunes en ce qui concerne la connaissance du territoire français".
Voilà pour l'introduction.
S'en suivit un étalage de faits, qui, à en juger par la décomposition progressive du visage de notre interlocuteur, semblaient tous plus catastrophiques les uns que les autres : au CP, en 6ème, en terminale, même après le bac, même les historiens, les géographes, TOUS sans exception ne connaissent pas bien la France, leur nation!!!! Pas un pour relever le niveau! Rendez vous compte : on commence à l'école primaire par ne pas savoir où est Strasbourg pour finir en licence de géo à mieux connaitre le Brésil que la France....C'est tout simplement une honte!


Passées ces 10 minutes de lamentations hystériques vint enfin la question du "pourquoi?".
Mais attention, pas le "pourquoi?" des psychologues, des sociologues ou autres énergumenes aux questions incongrues, non. La question de savoir pourquoi il est si terrible de ne pas connaître la France ne se pose pas voyons. Il FAUT connaître la France quand on est français. Ca ne se discute pas. C'est comme 1 et 1 font 2. Ca ne se discute pas.
Le pourquoi était celui du scientifique, celui de la cause à effet: pourquoi diantre 1 et 1 ne font pas 2 en France? Pourquoi nos élèves sont ils si ignorants en matière de territoire français?  Quel est ce grain de sable qui s'est coincé dans notre bel engrenage éducatif?

Plusieurs explications nous ont été exposées par le second inspecteur :
- D'abord les programmes sont mal faits (forcément puisqu'ils sont en train d'être refaits)
- Ensuite, les profs grignotent sur le temps imparti à la géographie pour boucler le programme d'histoire, vraisemblablement trop chargé (encore la faute de ces satanés programmes... Décidemment, faut vraiment les refaire)
- Enfin, les profs sont peu à l'aise avec la géographie du territoire français (ben oui... eux non plus la connaissent pas assez!) et donc l'enseignent mal et peu.

Bref, tout ceci n'est qu'une question de moyens finalement :
moyens humains : mauvais profs
moyens matériels : mauvais programmes...

(A ne pas évoquer (donc je ne l'évoque pas) :
 enseigner le territoire français à tout prix : mauvaise idée...? )


Enfin, nous arrivons à la dernière partie de ce parcours pédagogique.
Le constat est horrifiant, certes, mais vous allez voir, finalement tout ceci n'est pas si grave. Les nouveaux programmes sont enfin arrivés et vont pouvoir bientôt raffermir la fibre patriotique qui se désseche en nous.
D'un coup le ton devient plus plus ambitieux. On est passé du desespoir du constat à l'euphorie de la reconquête d'un peuple perdu. Enthousiasmé par la perspective de planter un drapeau tricolore dans tous ces petits coeurs déjà ridés par l'errance, le troisième inspecteur s'emballe. Il donne ses consignes à l'armée de professeur qui lui fait face :
La France est au moins aussi importante que l'Europe. Il est judicieux d'aborder le monde sous l'angle de la France. Il faut réserver 1/3 du programme de géographie à la France. Il faut commencer par la France pour être sur d'avoir le temps de finir la partie du programme consacrée à la France. La France. La France! La France!!!!

A l'issue de cet exploit oratoire, il s'en fallut de peu pour que nos 3 compères ne bondissent sur leur table, le poing serré sur la poitrine, entonnant la marseillaise...

Bon, j'exagère, c'est vrai. Mais au delà de la plaisanterie et du ton sarcastique, j'aimerais faire 3 remarques sérieuses :

1) L'éducation est au centre de la société. Elle fait la société, écrit l'histoire autant qu'elle nous l'enseigne, façonne nos croyances, nos jugements, nos comportements...
Rédiger un programme scolaire est une énorme résponsabilité et il faut, je crois, bien garder à l'esprit l'étendue de l'impact que chaque décision prise pourra avoir.



2) En insistant (lourdement) sur la notion de "territoire français" comme entité propre et essentielle dont la connaissance doit être un objectif prédominant, on inculque les idées implicites suivantes :
- l'identité de chacun inclut nécessairement son appartenance à une nation
- les frontières sont nécessaires à notre identité. Elles sont immuables et garantes de notre propre définition
- ainsi la notion de "citoyen du monde" est rendue obsolète et l'idée d'un monde sans frontière est même rendue inconcevable, inaccessible.
Or une des possibilités pour bâtir un monde meilleur à l'avenir, pour abolir les inégalités internationales est précisemment celle d'un monde sans frontières et sans nations. En choisissant d'annuler la possibilité d'une telle alternative, le gouvernement fait un choix d'éducation dont ni les causes ni les conséquences ne nous sont exposées...


3) Le désintérêt constaté des petits français pour la connaissance la géographie du territoire français ne semble pas suciter l'once d'une interrogation. Pourquoi forcer les écoliers à apprendre une chose à laquelle ils n'attachent visiblement que peu d'importance? Y-a-t'il une véritable nécessité citoyenne à connaitre le territoire français?
On ne nous enseigne ni le droit, ni l'économie (dans le tronc commun). Pourtant (et l'actualité nous le confirme) la maitrise des rudiments de bases en ces domaines eclaircirait nombre de français aujourd'hui, et leur donnerait quelques clefs pour comprendre ce qu'il se passe en ce moment.
Mais la géographie du territoire français...!?!? Quel impact sur notre comportement? Quels bénéfices pour notre vie en collectivité?
Si ces 3 inspecteurs avaient su montrer l'importance d'une telle connaissance sur le plan sociétal, j'aurais probablement adhéré à leur volonté de mieux l'enseigner. Mais ils n'en ont même pas pris la peine (y ont-ils au moins pensé?)


Avant cet exposé j'en doutais. Mais au terme de cette réflexion, me voici en mesure de mettre des mots sur ce que m'inspire ce parcours pédagogique : il s'agissait bien là de popagande patriotique mal déguisée.

Publié dans I

Commenter cet article